Actualités

Le cloud au service du suivi patient

cloud

Logiciels et applications mobiles. Les entretiens pharmaceutiques conventionnels ont permis aux pharmaciens de disposer d’outils cloud afin de mieux gérer cette nouvelle mission, première pierre d’un édifice autour du suivi patient.

Le cloud est venu à point nommé pour répondre à ce mouvement de fond ouvert par ladite Convention. Il a apporté plus de sécurité car les données sont hébergées et cryptées dans des sites agréés par le Ministère de la Santé. Et plus de liberté d’aller vers les échanges de données puisqu’il n’y a pas de risques de les voir captées de façon indésirable. « Si l’on souhaite archiver et transmettre de l’information, il faut du cloud », souligne Priscille Godde, directrice marketing d’Arrow Génériques. Le cloud offre par ailleurs d’autres avantages, comme le fait de faciliter la mise à jour régulière des applications.

D’autres acteurs relativisent cependant le retard présumé des pharmaciens, à l’instar de Stanislas Dunoyer, directeur marketing produit de Smart Rx. « Le premier dossier qui concernait les AVK a été particulier, car il y avait déjà un suivi par les généralistes et on a intégré les pharmaciens dans la boucle. Ils ont trouvé leur place puisque selon la CNAM, il y a eu 171 000 adhésions aux entretiens conventionnels sur un million de patients. Cela représente 7 patients par officine, sachant que certaines n’en font pas du tout, cela représente plutôt un bon ratio. C’est quand même en train de se mettre en place », précise-t-il.

Pour Stanislas Dunoyer, l’avantage de disposer d’une solution intégrée au LGO, en l’occurrence Suivi Patient pour Smart Rx, est aussi d’établir aisément le lien au comptoir et de nouer cette relation de suivi avec le patient. Ces systèmes permettent donc de stocker ces données et donnent aux pharmaciens la possibilité de les interpréter, voire de les échanger. Se pose en effet la question de la transmission de ces données avec les autres professionnels de santé. Suivi Patient permet aux pharmaciens d’utiliser la messagerie sécurisée MS Santé de l’ASIP Santé, qui organise les échanges entre les différents corps de métier de la santé, médecins, infirmiers, kinés, sages femmes, dentistes etc…

Il leur est également possible d’utiliser la solution MSP du groupe Cégédim, auquel appartient Smart Rx, une solution dédiée aux maisons pluridisciplinaires : ils peuvent avoir accès au dossier médical du patient et échanger avec les autres professionnels dans le cadre de ces maisons de santé. Pour François Lescure, en dépit de ces différentes dispositions, nous sommes cependant loin d’une véritable disponibilité des données de santé qui les rendrait visibles à tous les personnels soignants.

Hakim Remili| 22.09.2016 – Extrait
Source : Le Quotidien du Pharmacien n°3288

Publié le 23/09/2016

Partager surShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Autres actualités