Actualités

Les enjeux du conseil assisté par ordinateur

conseil en pharmacie

Impossible de se passer aujourd’hui de l’outil informatique, devenu un compagnon indispensable pour conseiller juste et bien. Le logiciel d’aide à la dispensation doit soutenir et valoriser l’expertise du pharmacien et de ses collaborateurs, sans devenir envahissant.

Face au flot de plus en plus massif et rapide des données pharmaceutiques, un accès immédiat aux informations sur un médicament est devenu essentiel. Ce médicament doit-il être pris en mangeant ? Comment fonctionne ce dispositif d’administration ? Toutes les réponses à ces questions contribuent à renforcer la sécurité du patient, le bon usage du produit et l’observance du traitement. Pour cela, les LAD (logiciels d’aide à la dispensation) s’associent avec des éditeurs capables de leur fournir des banques de données complètes, agréées et surtout actualisées. « Le logiciel que nous proposons offre un accès à la BCB (Base Claude Bernard). Les données sont mises à jour quotidiennement de façon automatique sur 17 000 médicaments, et au total sur plus de 160 000 références », commente Emmanuel Fretti, le directeur général de Smart Rx, anciennement connu sous le nom d’Alliadis. […]

Croiser les informations produits avec le profil patient

[…]. « Outre l’identité du patient, le logiciel Smart Rx permet d’enregistrer les données physiologiques comme le poids, la taille, ainsi que des informations médicales comme les allergies ou des pathologies. Ces données s’affichent dès lors qu’on ouvre la fiche patient, ou sous forme d’alerte. Elles sont reliées au DP (dossier pharmaceutique) actif, ce qui permet une analyse complète », explique le DG de Smart Rx.
[…]

Aller plus loin, dans le temps comme dans l’espace

A l’heure des entretiens pharmaceutiques, les éditeurs de LAD s’adaptent pour renforcer la mission d’accompagnement et d’éducateur confiée à l’officinal. […] Chez Smart Rx, cette fonctionnalité s’appelle le Suivi Patient. « C’est une bibliothèque de protocoles pour le dépistage ou le suivi des patients chroniques. Cet espace permet aussi de consigner des entretiens », détaille Emmanuel Fretti. L’accompagnement sur le long terme est d’ailleurs un des nouveaux enjeux pour les LAD. […] De nouvelles perspectives de développement s’annoncent pour que le conseil et l’accompagnement s’émancipent et se libèrent du comptoir. « Nous sommes prêts techniquement mais ce n’est pas encore possible en raison du système de connexion actuel avec la carte CPS. Les évolutions devraient permettre au pharmacien de pouvoir consulter son LAD hors de la pharmacie, au domicile du patient par exemple », conclut Emmanuel Fretti.

Source : Le Quotidien du Pharmacien n°3289 – David Paitraud

Publié le 26/09/2016

Partager surShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Autres actualités