Actualités

Le marché français de la parapharmacie, selon une étude Les Echos

Les officines constituent le canal de vente dominant des produits de parapharmacie. D’après l’étude du groupe Les Echos « Enjeux et perspectives du marché de la parapharmacie à l’heure de la digitalisation » parue en décembre 2016, le circuit officinal a capté 76 % des ventes de parapharmacie en 2015, ce qui représente un montant de 3,4 milliards d’euros.

Ce marché ne représente pourtant que 9,6 % du chiffre d’affaires des officines. « Confrontés à un recul durable des ventes de médicaments, les pharmaciens doivent impérativement trouver de nouveaux relais de croissance en développant des marchés moins exposés. L’officine investit ainsi massivement le marché des produits de parapharmacie via le développement de marques propres aux prix compétitifs et la place croissante des enseignes de pharmacies positionnées sur les prix bas et le bien-être », commente Les Echos dans son étude.

Mais les pharmacies doivent faire face à une concurrence de plus en plus vive. En effet, après le circuit officinal, ce sont les parapharmacies de la grande distribution qui captent 14,7 % des ventes, suivies par les parapharmacies non issues de la GMS (5,2 %), puis la vente en ligne (4,1 %). « Le développement de la grande distribution sur le marché de la parapharmacie est d’autant plus ambitieux qu’il mêle une politique soutenue de croissance du parc de magasins et le passage à la vente en ligne, E. Leclerc et Carrefour en tête », alerte l’étude. Ainsi, Leclerc Parapharmacie, fort de 230 points de vente, affiche un chiffre d’affaires moyen de 1,4 million d’euros par point de vente.

La vente en ligne, sur ce marché, progresse. Elle représentait, en 2015, 180 millions d’euros. Sur internet, les pharmacies ne sont pas en reste : « Le développement de sites internet combinant parapharmacie et automédication constitue à l’avenir l’un des moteurs de la croissance du réseau officinal. Que ce soit en propre ou via des marketplaces, les officinaux se montrent de plus en plus offensifs sur le web ».

Mais ils voient arriver la concurrence d’autres acteurs. La grande distribution, comme Leclerc qui a lancé son site, compte bien être présent sur ce marché et les pure players, comme Amazon, élargissent leur offre. Sans compter l’arrivée sur le marché français des spécialistes de la vente en ligne venus d’Europe du Nord (Newspharma, Farmaline…), au catalogue large et à la politique de prix agressive.

Ce développement de la e-parapharmacie risque, à terme, de bouleverser le jeu concurrentiel en place, conclut l’étude des Echos.

Article Stéphanie Bérard, Moniteur des pharmacies

Publié le 16/01/2017

Partager surShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Autres actualités